C’est en 1863 que quelques jeunes trompettes militaires, désireux de pratiquer la musique en toute indépendance, se réunissent, sous le nom de «Fanfares militaires genevoises», pour former, paradoxalement, un ensemble totalement civil !

À John Grasset, son premier chef de musique, succè-dent d’autres grands noms de la musique, notamment MM Bergalonne, Delarue, van Perck, Teissier et

Francis Bodet qui con-servera la baguette pendant 50 ans. Suivront Amand Dewaele, Maurice Rippl, Jacques Duhamel et Claude Surdez.

La Musique Municipale s’est distinguée lors de nombreux concours internationaux, mais nous nous contenterons de mentionner celui de Nice en 1897 où, sous la direction de van Perck, la société gagna tous les premiers prix, dont un vase de Sèvres offert par le Président de la République française. Enfin, elle fut déclarée «hors concours».

Historique1930

Plusieurs officiers se succèdent au commandement du corps de musique pendant cette période. Citons les capitaines et majors Schaeck, Delattre, Ruttimann, Roch, Henri Muller-Dumas ( resté 40 ans à la tête de la société ), Edgar Rauber, Jean-Jacques Grasset et André Nasel.

En 1867, il est décidé d’abandonner le titre de «Fanfares militaires genevoises» et de prendre celui d’«Union instrumentale genevoise». En 1880, à la signature d’une convention avec le Conseil administratif de la Ville de Genève, le corps de musique est nommé «Fanfare municipale du bataillon de sapeurs‑pompiers».

En 1900, la société est élevée au rang de «Fanfare Municipale de la Ville de Genève» puis, en 1928, le Conseil administratif l’autorise à porter le titre de «Musique Municipale de la Ville de Genève».

Parmi les personnalités qui ont succédé à Joseph Leclerc, premier président, on peut citer MM Klein, Mallet, Albert, Muller-Dumas, Chamet, Randon, Jacques A. Chappuis et Jean Deluz.

1963 : Centième anniversaire. Le superbe concert donné dans un Grand Théâtre tout neuf et totalement plein, reste gravé dans la mémoire des plus anciens.

En 1976 et 1985 la société se rend par deux fois en Californie pour par-ticiper au fameux «Tournement of Roses» à Pasadena.

Pasadena

En 1981, les femmes sont admises sur les rangs et depuis, se sont harmonieusement multipliées. À noter que les deux premières jeunes filles à avoir ouvert la brèche à l’époque sont toujours actives aujourd’hui !

Genevieve_Maria

En 1986, la Musique Municipale décide de renouer avec les concours de musique et de participer à la Fête fédérale des musiques à Winterthour.

En 1988, c’est le 125e anniversaire de notre société, jubilé qui est marqué par un grand concert au Victoria Hall avec la création de «Mozaïque», la marche du 125e composée par Claude Surdez. Suivront encore un concert en commun avec l’Ondine Genevoise et les Cadets de Genève au Grand Casino puis un voyage en Bavière et à Vérone qui, bien que non musical, est resté inoubliable.

125eAnniversaire

Depuis septembre 1983, la direction musicale est assurée par Claude Surdez, un jeune trompettiste – 24 ans à l’engagement – qui marque son passage au pupitre par un rajeunissement significatif du répertoire. Il restera à la tête de la société pendant 17 ans, la conduisant vers de multiples succès.

En septembre 2000, c’est Ferran Gili-Millera, chef catalan, qui reprend la direction. Titulaire notamment d’une virtuosité de guitare et de diplômes d’études supérieures de Directeur d’orchestre et d’Orchestration ( classes de MM H. Klopfenstein et J. Balissat ), il s’investit avec beaucoup de professionnalisme et une grande sensibilité musicale pour apporter un nouvel élan à la MUNI, pousser chaque musicien à progresser et proposer de réels défis à la société, à l’image de l’ambitieux programme musical prévu pour ce 150e !

Au niveau du commandement, c’est André Nasel qui, depuis 1985, défile en tête de notre musique. En 1998, il transmet le sabre à Alexandre Beau, officier instructeur, qui avait déjà effectué quelques sorties sur nos rangs comme saxophoniste. En 2004, ce dernier doit présenter sa démission, ses obligations militaires rendant la poursuite de sa tâche impossible. Devant la difficulté à trouver un officier de l’armée suisse pour le remplacer ( condition imposée par la convention qui nous lie à la Ville de Genève ), Olivier Vuagnat, contrebassiste, pose sa candidature mais… il n’est pas gradé. La société obtient alors du Conseil administratif de la Ville que le commandant puisse, exceptionnellement, ne pas être un officier. Rien ne s’oppose donc à ce que Olivier Vuagnat soit nommé commandant.

Depuis 1981, c’est Jean Deluz, bugle solo, qui préside la Municipale. Il restera en poste jusqu’en 2004, conduisant «sa» musique avec compétence, autorité et beaucoup de cœur. Le 1er janvier 2005, les destinées de la société sont remises à Guy Dossan. Conseiller municipal et ancien président de l’Union genevoise des musiques et chorales, il reprend avec fierté le flambeau et apporte son réseau de connaissances et ses précieuses entrées dans le milieu politique.

En 2003, la Musique Municipale inaugure son nouvel uniforme de parade. Résultat d’un concours auprès des étudiants de la Haute école d’arts appliqués, ce nouvel uniforme rouge et or tranche avec l’ancien, datant de 1962 ( ! ), par son côté allégé et ses lignes sobres. La société remplace également son uniforme bleu, datant de 1982, par un saillant uniforme de concert noir qui, dès son inauguration en janvier 2009, fait l’unanimité auprès des musiciens et des spectateurs.

Inauguration

Ce quart de siècle est également marqué par un déplacement à Miami en 1994, la participation aux fameuses parades du «Sächsilüüte» à Zurich en 1996 et du «Trachten und Schützenzug» à Munich en 2000 ainsi que plusieurs autres voyages en Europe ( Saumur 1990, Chollet et Sélestat 1992, Warwick 1995, Epinal 1996, Castellon de la Plana 1997, 2001, 2004, Valenciennes 1997, Figueras 2005, San Remo 2006, Murcia 2007, St Amand-Montrond 2007, Vinay 2009, Villefranche-de-Rouergue 2012 ). Autant d’occasions pour faire briller les couleurs de notre formation et de notre ville.

La société se présente aussi à la Fête fédérale des musiques à Lugano en 1991 et à celle des musiques de divertissement à Mels en 2008. Elle participe également avec succès aux Fêtes cantonales des musiques en 1995, 1999, 2004 et 2009 ainsi qu’à celle de divertissement en 2008, obtenant tant avec l’harmonie qu’avec le corps de tambours plusieurs premiers prix.

Les concerts de gala donnés en mai/juin au Victoria Hall restent le point fort de la saison musicale même si, depuis 2007, nous proposons également un «Concert de l’An» avec un programme chaque fois complètement différent. Au niveau des concerts exceptionnels, mentionnons ceux donnés en l’an 2000 à Versoix, Genève et Yverdon par l’ «Harmonie des deux lacs», ensemble regroupant la Musique Municipale de Versoix, le Corps de musique d’Yverdon et la MUNI pour la création de «Vers la lumière», suite pour harmonie de Franck Urfer. Et comment taire dans ce paragraphe les concerts «Carmina Burana» de Carl Orff donnés avec plus de 200 chanteurs à Gex, Morges et, surtout, le 25 janvier 2009, dans une cathédrale Saint‑Pierre archicomble. Un inoubliable moment d’émotion pour tous les participants.

ConcertAn

Nous avons aussi le plaisir d’accueillir régulièrement sur nos rangs de nouveaux jeunes musiciens qui s’intègrent parfaitement. Ce mélange d’anciens – 27 membres exécutants étaient déjà présents au 125e – et de jeunesse, permet à l’esprit de la MUNI de perdurer et, dans le respect de sa devise «Amitié et Qualité», d’entrevoir son avenir avec optimisme. Ainsi, cette grande étape du 150e n’est qu’un passage vers des lendemains certainement teintés de nouveaux succès et vers le plaisir de partager notre passion pour la musique.

Que vive encore longtemps la Musique Municipale de la Ville de Genève !